57 - Regard sur le groupe bibliothèque

Affichages : 43

ASF Moselle  - Article paru en juin 2018
Regard sur le groupe bibliothèque

par Françoise Huser

De temps en temps, les amies font le point sur le travail à effectuer, les colis à préparer en fonction des demandes etc.
Ce mardi matin, la conversation a eu un sujet inhabituel :
Que sont devenus nos jeunes étudiants que nous avons aidés, entourés ? Ont-ils réussi à mettre en pratique leurs projets de vie ? Que leur avons-nous apporté ?

Nourredine, étudiant marocain, avait fait une école d'ingénieur à Agadir. Étant un élève brillant, il avait obtenu une bourse d'études pour poursuivre sa formation en France. Au bout de deux ans d'études, il est parti en Allemagne pour travailler et apprendre la langue allemande.
De retour dans son pays, il a très vite trouvé du travail. Il apporte maintenant son savoir et son savoir-faire au service de son pays.

Naeimeh, venant d'Iran, a poursuivi des études et préparé une thèse en littérature comparée sur l'influence du théâtre français sur le théâtre persan moderne. Sa soutenance de thèse a été brillante, et maintenant, elle est docteur. Naiemeh a obtenu un poste de documentaliste à l'école de la 2ème chance et au CFA de Thionville, et en parallèle, elle travaille également comme ouvreuse au théâtre municipal de Metz.

Rézarta, jeune Albanaise, a fait des études de français en Albanie. Elle a poursuivi ses études en littérature française à la faculté de Metz durant deux années pour obtenir sa licence, puis présenter un doctorat en littérature comparée, doctorat qu'elle a réussi brillamment. Elle est retournée en Albanie où elle a repris ses études de langue albanaise afin d'obtenir un poste de professeur. Pour ce faire, elle doit présenter la traduction d'un livre français en albanais.

Albi, le frère de Rézarta, avait étudié les Beaux-Arts dans son pays. Il a poursuivi ses études en art classique à la faculté de Metz. De retour en Albanie, il a repris ses études aux Beaux- Arts à Tirana. Il présente aujourd'hui une exposition de ses œuvres sur l'enfance.

Nos étudiants ont été chers à nos cœurs. Nous les avons aidés en leur donnant les documents dont ils avaient besoin. Nous leur avons permis de progresser dans leurs connaissances de la langue française. Mais surtout, nous les avons entourés d'affection, eux qui ont vécu si loin de leur famille. Certaines amies les avaient pris en charge quand ils en avaient le besoin.

C'est très réconfortant pour nous toutes de mesurer l'aide morale offerte. Ces jeunes ont réussi dans leur projet de vie car ils se sont montrés courageux, volontaires, ambitieux, travailleurs acharnés. Notre contribution a été toute petite mais combien importante dans l'accompagnement.